Supplement article - Research | Volume 4 (3): 15. 22 Dec 2021 | 10.11604/JIEPH.supp.2021.4.3.1118

Facteurs associés à la Fièvre de la vallée du Rift dans le District sanitaire de Tchintabaraden, région de Tahoua (Niger), 2016: Étude cas-témoins

Mariame Bonkano Laurent Comlan, Abdoulaye Ousmane, Simon Antara, Bernard Sawadogo, Andre McKenzie, Mamadou Sawadogo

Corresponding author: Mariame Bonkano Laurent Comlan, West Africa Field Epidemiology Training Program, Ouagadougou, Burkina Faso

Received: 12 Oct 2020 - Accepted: 21 Oct 2021 - Published: 22 Dec 2021

Domain: Epidemiology

Keywords: Etude cas témoin, Fièvre de la vallée du Rift, Tchintabaraden, Niger

This articles is published as part of the supplement Improving surveillance systems and responding to outbreaks and health events through the West Africa FETP, 2020, commissioned by

This Supplement was funded by the US Centers for Disease Control and Prevention (CDC) through the African Field Epidemiology Network (AFENET). 

.

©Mariame Bonkano Laurent Comlan et al. Journal of Interventional Epidemiology and Public Health (ISSN: 2664-2824). This is an Open Access article distributed under the terms of the Creative Commons Attribution International 4.0 License (https://creativecommons.org/licenses/by/4.0/), which permits unrestricted use, distribution, and reproduction in any medium, provided the original work is properly cited.

Cite this article: Mariame Bonkano Laurent Comlan et al. Facteurs associés à la Fièvre de la vallée du Rift dans le District sanitaire de Tchintabaraden, région de Tahoua (Niger), 2016: Étude cas-témoins. Journal of Interventional Epidemiology and Public Health. 2021;4(3):15. [doi: 10.11604/JIEPH.supp.2021.4.3.1118]

Available online at: https://www.afenet-journal.net/content/series/4/3/15/full

Home | Supplements | Volume 4 | This supplement | Article number 15

Research

Facteurs associés à la Fièvre de la vallée du Rift dans le District sanitaire de Tchintabaraden, région de Tahoua (Niger), 2016: Étude cas-témoins

Facteurs associés à la Fièvre de la vallée du Rift dans le District sanitaire de Tchintabaraden, région de Tahoua (Niger), 2016: Étude cas-témoins

Factors associated with Rift Valley Fever in Tchintabaraden Health District, Tahoua Region, Niger, 2016: Case-Control Study

Mariame Bonkano Laurent Comlan1,&, Abdoulaye Ousmane2, Simon Antara1, Bernard Sawadogo1, Andre McKenzie3, Mamadou Sawadogo1,4

 

1West Africa Field Epidemiology Training Program, Ouagadougou, Burkina Faso, 2Ministère de la Santé Publique du Niger, 3Centers for Disease Control and Prevention, Atlanta, USA, 4Université Ouaga I, Pr Joseph Ki Zerbo, Burkina Faso

 

 

&Auteur correspondant
Mariame Bonkano Laurent Comlan, West Africa Field Epidemiology Training Program, Ouagadougou, Burkina Faso. marianne@clapnoir.org

 

 

Résumé

Introduction: La fivre de la valle du Rift (FVR) est une maladie virale aigu, fbrile. En septembre 2016, le Ministre de la Sant Publique du Niger a notifi six cas humains et trois cas animaux Tchintabaraden. Nous avons men une tude afin didentifier les facteurs de risque de la maladie.

 

Méthodes: Une tude cas-tmoins non apparie a t conduite. Les cas taient les patients prsentant la FVR (Prsence danticorps IgM anti-FVR par ELISA o par RT-PCR) et vivant Tchintabaraden entre le 2 aot et le 31 octobre 2016. Un tmoin tait une personne vivant Tchintabaraden sans symptmes de FVR au moment de ltude. Nous avons recrut deux tmoins pour un cas.

 

Résultats: Au total 84 cas ont t compars 168 tmoins. L'ge mdian des cas tait de 17 ans (IIQ 2 ans-80 ans) et celui des tmoins de 35 ans (IIQ 5ans-74 ans). En analyse multivarie, la consommation de fromage au lait danimal malade (ORa=3,77; IC 95% (1,63-8,73)), la consommation de viande danimal malade (ORa=2,92; IC 95% (1,04-8,73)) et le contact avec animaux malades (ORa=2,71; IC 95% (1,24-5,89)) taient les facteurs de risque de survenue de la FVR au Niger

 

Conclusion: La consommation de fromage au lait danimal malade, la viande provenant d'animaux malades et le contact avec des animaux malades constituaient les facteurs de risque de la maladie au cours de cette pidmie de FVR au Niger. Nous recommandons la sensibilisation des communauts sur la consommation des produits danimaux malades.


Background: Rift Valley Fever (RVF) is an acute, febrile viral disease. In September 2016, Niger Minister of Public Health notified six human and three animal cases in Tchintabaraden. We conducted a study to identify risk factors of disease. Methods: An unmatched case-control study was conducted. Cases were patients with RVF (Presence of anti-RVF IgM antibodies by ELISA or RT-PCR) and living in Tchintabaraden between August, 2nd and October 31st, 2016. A control was a person living in Tchintabaraden without RVF symptoms at time of the study. We recruited two controls for one case. Results: A total of 84 cases were compared to 168 controls. Median age of cases was 17 years (IQR [2 years-80years]) and median age of controls was 35 years (IQR 5 years-74 years). In Multivariate analysis, the factors associated with RVF were: consumption of cheese from the sick animal (ORa=3,77; IC 95% [1,63-8,73]); consumption of meat from the sick animals milk (ORa=2,92; IC 95% [1,04-8,73]) and contact with sick animal (ORa=2,71; IC 95% [1,24-5,89]). Conclusion: Consumption of milk, dairy products and meat from sick animals were the risk factors for the disease during this RVF epidemic in Niger. We recommend sensitization of communities on the consumption of products from sick animals.

Key words: Rift Valley Fever, Tchintabaraden Niger

 

 

Introduction    Down

La fièvre de la vallée du Rift (FVR) est une maladie virale aiguë, fébrile. C´est une zoonose causée par un Phlebovirus, virus de la famille des Bunyaviridae, endémique en Afrique subsaharienne [1,2]. Elle touche les ruminants domestiques tels que les bovins, les ovins, les caprins, les chameaux et les humains [2,3]. L'infection par le virus de la FVR peut provoquer des avortements chez les femelles gravides et une mortalité élevée chez les jeunes animaux. Chez l'homme, le FVR provoque une maladie de type grippal et entraîne parfois des complications plus graves telles que la méningite encéphalite, des lésions rétiniennes, l´anémie [3,4]. Entre 1997 et 1998, une flambée épidémique majeure s'est produite au Kenya, en Somalie et en Tanzanie [5]. En septembre 2000, des cas de FVR ont été confirmés en Arabie saoudite et au Yémen [6]. De 2010 à 2015, la Mauritanie et le Sénégal ont connu plusieurs foyers épidémiques [7,8]. Des études sérologiques récentes de 2008 et de 2014 conduites dans des pays du Maghreb laissent penser que le virus serait présent dans certaines régions d´Algérie, du Maroc et de la Tunisie [9].

 

Au Niger les données sur la FVR demeurent limitées. Le 02 août 2016, le district sanitaire (DS) de Tchintabaraden situé dans la région de Tahoua reportait des cas de fièvre avec un syndrome hémorragique chez les humains. L´évolution de ces cas s´est faite vers décès en majorité surtout au niveau communautaire [10]. Le 16 septembre 2016, le Ministère de la Santé et le Ministère des Ressources animales ont procédé à des prélèvements de sang d´animaux et d´humains et les examens se sont révélés positifs au virus de la FVR. Cette étude avait pour objectif d´identifier les facteurs de risque de la FVR

 

 

Méthodes Up    Down

Cadre de l´étude

 

Notre étude s´est déroulée au District Sanitaire de Tchintabaraden. Le district sanitaire de Tchintabaraden est une zone nomade et transhumante avec une population ayant pour mode alimentaire de base la consommation de lait frais et produits animauxFigure 1.

 

Type et période d´étude

 

Une étude cas-témoin non appariée a été conduite du 25 septembre au 5 octobre 2016.

 

Population d´étude et définitions de cas

 

La population d´étude était constituée de celles des zones de Tchintabaraden. La définition de cas suivante a été utilisée:

 

Un cas de FVR était toute personne avec une fièvre (température ≥38.5C), un saignement gastro-intestinal, vaginal, des muqueuses ou du nez avec présence d´anticorps IgM anti-FVR par ELISA où par RT-PCR vivant à Tchintabaraden entre le 2 août et le 31 octobre 2016 et ayant accepté de participer à notre étude.

 

Un témoin était toute personne vivant dans les districts sanitaires de Tchintabaraden durant la période du 02 aout au 30 octobre 2016 n´ayant pas effectué de déplacement lors des 3 derniers mois et ayant consenti à participer à notre étude. Pour chaque cas, 2 témoins étaient sélectionnés.

 

Taille d´échantillon

 

La taille de notre échantillon a été calculée à l´aide d´Open Epi. Pour un niveau de confiance bilatérale de 95%, une puissance de 80% et un rapport de côte à 2,25 selon Fleiss avec correction de continuité, la taille théorique était de 323 en raison de 108 cas et 216 témoins. Sur le terrain, nous n´avons eu que 84 cas positif à qui nous avons assignés 168 témoins d´où notre taille théorique de 252. Les cas et les témoins ont été recrutés dans les formations sanitaires et en communauté sur la base des définitions.

 

Analyse des données

 

Epi Info a été utilisé pour la saisie et l´analyse des données. Des fréquences, des proportions, des taux ont été calculés pour l´analyse descriptive. Pour l´analyse univariée, nous avons recherché d´éventuelles associations entre la fièvre de la vallée du rift et les variables retenues en calculant des OR avec des intervalles de confiance à 95% et la valeur de p (p-value). Pour l´analyse multivariée, nous avons inclus dans le modèle de régression logistique toutes les variables dont la valeur de p est inférieure ou égale (≤) à 0,20. Nous avons calculé des OR ajustés avec leurs Intervalles de Confiance à 95% (IC95%) et la valeur de p et les facteurs de risques indépendants ont été retenus avec un seuil de significativité de 5%.

 

Considérations éthiques

 

Notre protocole d´étude a obtenu l´approbation de la coordination du programme WAFETP et du Ministère de la Santé Publique du Niger (lettre Numéro 00026 du 18 septembre 2015). Nous avons veillé à ce que les données extraites ne contiennent aucun identifiant des personnes et les données ont été stockées dans un ordinateur protégé par un mot de passe.

 

 

Résultats Up    Down

Caractéristiques sociodémographiques de la population d´étude

 

Dans notre étude, sur les 169 cas suspects de FVR, seuls 84 étaient confirmés. Au total 252 participants dont 84 cas et 168 témoins ont été interviewés du 25 septembre au 05 octobre 2016 dans le district sanitaire de Tchintabaraden. L´âge médian était de 17 ans, (EIQ (2 ans-80 ans)) chez les cas et 35 ans (EIQ (5ans-74 ans) chez les témoins. La majorité des cas (54,7%) était de sexe féminin tandis que chez les témoins le sexe masculin le plus réprésenté (52,4%). Le taux d´alphabétisation était de 69% chez les cas et 70,8% chez les témoins. Plus de 80% de nos participants sont du district sanitaire de Tchintabaraden Tableau 1.

 

Facteurs associés à la survenue de la FVR

 

En analyse univariée, les facteurs associés à la FVR étaient la consommation de fromage au lait d´animal malade (2,74 ; IC95%(1,41-5,37)), la consommation de viande d´animal malade (OR = 2,85; IC à 95% (1,23-6,60)), le contact avec un animal mort (OR=3,10,IC 95% (1,35-7,10)), du lait cru d´animal malade (OR=2,74; IC95% (1,48-5,07)), l´âge (OR = 6,27; IC 95% (3,53-11,4)) ; le contact avec sécrétion d´avortement d´animaux (OR=2,17; IC95% 91,19-3,980) et la proximité d´animaux morts non enfouis avec les ménages (OR=2,64;IC à 95% (1,47-4,75)) Tableau 2.

 

En analyse multivariée, la consommation de fromage au lait d´animal malade (OR=3,77; IC 95% (1,63-8,73)), la consommation de viande d´animal malade (OR=2,92; IC 95% (1,04-8,73)) et le contact avec animaux maladies (OR=2,71; IC 95% (1,24-5,89)) étaient les facteurs de risque de survenue de la FVR au Niger Tableau 3.

 

 

Discussion Up    Down

Notre étude présente quelques limites. Les écarts entre l´âge des cas et celui des témoins sont très grands et liés au fait que nous n´avons pas procédé à un appariement sur l´âge. Nous avons fait face à un biais de classification du fait qu´on n´a pas pu tester les témoins. Malgré ces limites notre étude a permis d´identifier les facteurs de risques de la FVR au Niger.

 

Le virus peut être transmis à l'homme principalement par contact direct avec des animaux infectés (moutons, bovins, chèvres, chameaux), lors de la consommation de lait cru, de la manipulation de tissus animaux pendant l'abattage ou le dépeçage, l'assistance à la naissance des animaux, les procédures vétérinaires ou l'élimination des carcasses ou des fœtus [11,12]. Certains groupes professionnels tels que les éleveurs, les agriculteurs, les travailleurs des abattoirs et les vétérinaires sont donc plus exposés au risque d'infection de par la manipulation de viande et de liquides biologiques et lors de la consommation de lait cru [13,14]. Elle peut être aussi transmise également par piqûres de moustiques infectés ou autres insectes. La transmission interhumaine de la FVR se fait essentiellement par contact direct avec les produits d´animaux contaminés [14,15] données déjà rapportées dans de nombreuses séries africaines [11,13,16,17].

 

Notre étude a montré que la consommation de fromage de lait était associée à la FVR. En effet, le fromage, produit laitier est une des principales activités génératrices de revenus des femmes de la zone. Ainsi, elles fabriquent traditionnellement le fromage avec le lait cru trait des animaux. Tattevin et al. au Congo en 2016 ont trouvés que le virus de la VFR est isolé dans le lait cru et que le fait de le consommer représente un facteur de risque [16]. La consommation de viande d´animaux malades est statistiquement associée à la survenue de la fièvre de la vallée du rift. La majorité de la population du département de Tchintabaraden est éleveur quand un animal est malade ou agonise, il est abattu et la viande est préparée et utilisée pour la consommation familiale sans aucune recherche de cause de la maladie. Nos résultats révèlent que le contact avec des animaux malades était statistiquement associé à la survenue de la maladie. Cela pourrait s´expliquer par le fait que le contact direct avec le sang ou les produits biologiques des animaux malades multiplie le risque de transmission de la maladie. Par exemple, la mise basse des animaux est automatiquement assistée par les habitants de la concession. Nos résultats corroborent avec ceux rapportés par Tattevin et al. au Congo [16]. La majorité des contaminations humaines rapportées lors des épidémies en Afrique et au proche orient sont du a la manipulation des produits d´animal malade [16,18].

 

 

Conclusion Up    Down

Les facteurs associs la FVR dans notre tude sont la consommation de fromage au lait cru danimal malade, le contact avec un animal malade et la consommation de viande danimal malade. La bonne maitrise des facteurs de risque de la maladie aidera limiter sa propagation et rduire le taux de mortalit humaine. Ainsi nous recommandons une sensibilisation des populations sur la consommation des produits animaux malades et leur manipulation.

Etat des connaissances actuelle sur le sujet

  • La Fivre de la Valle du Rift est un problme de sant publique dans les pays revenu faible et modr
  • Le principal mode de transmission est l'exposition un animal infect, ou un produit animal contamin

Contribution de notre étude à la connaissance

  • Profil pidmiologique des cas de FVR a Tchintabaraden au Niger en 2016: Lge mdian tait de 17 ans chez les cas et 35 ans chez les tmoins. Les femmes taient plus reprsentes soit 54,7%. La majorit des cas taient analphabtes soit 69%.
  • Facteurs associs lpidmie de la FVR au Niger en 2016 taient la consommation de fromage au lait danimal malade, la consommation de viande danimal malade et le contact avec animaux maladies.

 

 

Conflits d'intérêts Up    Down

Les auteurs dclarent n'avoir aucun conflit intrt.

 

 

Contributions des auteurs Up    Down

Le protocole et la revue de la littrature ont t conduits par ML, BO, DI, AO. La collecte et lanalyse des donnes ont t ralises par ML, BO, DI, AO. La rdaction de larticle a t conduite par ML, SA, BS, MS, AMK. Tous les auteurs ont lu et approuv larticle final.

 

 

Remerciements Up    Down

Nos remercions vont lgard de l'quipe cadre du District Sanitaire de Tchintabaraden et la Gendarmerie de la rgion de Tahoua pour le soutien apport lquipe dinvestigation dans un contexte dinscurit. Nos remerciements vont aussi lgard de la Direction Rgional de la Sant Publique de Tahoua, le CDC Atlanta, lOOAS, le WAFETP, LUniversit Joseph Ki Zerbo, la Direction de la Surveillance et de la Riposte aux pidmies du Niger et le Ministre de la Sant publique pour laccompagnement Financier et matriel ayant permis laboutissement de ce travail. Nous vous en sommes trs reconnaissants.

 

 

Tableaux et figures Up    Down

Tableau 1: Caractéristiques socio démographiques des cas de FVR et des témoins, districts sanitaires de Tchintabaraden, Niger, 2016

Tableau 2: Facteurs de risque de la FVR, districts sanitaires de Tchintabaraden, Niger, 2016: analyse univariée

Tableau 3: Facteurs de risque de la FVR, districts sanitaires de Tchintabaraden, Niger, 2016: analyse multivariée

Figure 1: Carte du département de Tchintabaraden

 

 

Références Up    Down

  1. Woods CW, Karpati AM, Grein T, McCarthy N, Gaturuku P, Muchiri E, Dunster L, Henderson A, Khan AS, Swanepoel R, Bonmarin I, Martin L, Mann P, Smoak BL, Ryan M, Ksiazek TG, Arthur RR, Ndikuyeze A, Agata NN, Peters CJ, the World Health Organization Hemorrhagic Fever Task Force1. An outbreak of Rift Valley fever in Northeastern Kenya, 1997-98. Emerg Infect Dis. 2002 Feb; 8(2):138-44.https://doi.org/10.3201/eid0802.010023 PubMed | Google Scholar

  2. Daubney R, Hudson JR. Enzootic Hepatitis or Rift Valley Fever. An Un-described Virus Disease of Sheep, Cattle and Man from East Africa. Journal of pathology and bacteriology. 1931; 34:545-79.https://doi.org/10.1002/path.1700340418 Google Scholar

  3. Linthicum KJ, Britch SC, Anyamba A. Rift Valley fever: an emerging mosquito-borne disease. Annual review of entomology. 2016 Mar 11; 61:395-415.https://doi.org/10.1146/annurev-ento-010715-023819 . Google Scholar

  4. Grubaugh ND, Ebel GD. Dynamics of West Nile virus evolution in mosquito vectors. Curr Opin Virol. 2016 Dec; 21:132-138. https://doi.org/10.1016/j.coviro.2016.09.007/a> PubMed | Google Scholar

  5. Akakpo AJ, Some MJ, Bornarel P, Jouan A, Gonzalez JP. Epidémiologie de la Fièvre de la vallée du Rift en Afrique de l'Ouest. 1. Enquête sérologique chez les ruminants domestiques au Burkina Faso. Bulletin de la Société de pathologie exotique. 1989; (82):321-31. Google Scholar

  6. Arborio M, Hall WC. Diagnosis of a human case of Rift Valley fever by immunoperoxidase demonstration of antigen in fixed liver tissue. Research in virology. 1989 Jan 1; 140:165-8.https://doi.org/10.1016/S0923-2516(89)80094-9 . Google Scholar

  7. Corso B, Pinto J, Beltrán-Alcrudo D, De Simone L, Lubroth J. Rift Valley fever outbreaks in Madagascar and potential risks to neighbouring countries. EMPRES WARCH. 2008. 5 p. Google Scholar

  8. Fontenille D, Traore-Lamizana M, Diallo M, Thonnon J, Digoutte JP, Zeller HG. New vectors of Rift Valley fever in West Africa. Emerg Infect Dis. 1998 Apr-Jun;4(2):289-93.https://doi.org/10.3201/eid0402.980218 PubMed | Google Scholar

  9. Geering WA, Davies FG. Preparation des plans d'intervention contre la Fievre de la Vallee du Rift. Rome: Food & Agriculture Org; 2003. Chapitre 5. Google Scholar

  10. Equipe cadre du district sanitaire de Tchintabaraden. Rapport Hebdomadaire du District Sanitaire 2016. ECD; 2016.

  11. Aradaib IE, Erickson BR, Elageb RM, Khristova ML, Carroll SA, Elkhidir IM, Karsany ME, Karrar AE, Elbashir MI, Nichol ST. Rift Valley fever, Sudan, 2007 and 2010. Emerg Infect Dis. 2013 Feb; 19(2):246-53.https://doi.org/10.3201/eid1902.120834 PubMed | Google Scholar

  12. Soumaré PO, Freire CC, Faye O, Diallo M, de Oliveira JV, Zanotto PM, Sall AA. Phylogeography of Rift Valley Fever virus in Africa reveals multiple introductions in Senegal and Mauritania. PLoS One. 2012; 7(4):e35216.https://doi.org/10.1371/journal.pone.0035216 PubMed | Google Scholar

  13. Lefevre PC. Impact of veterinary arboviruses. The case of Rift Valley Fever. Medecine tropicale: revue du Corps de sante colonial. 2000;60(2 Suppl):27-30. Google Scholar

  14. Al-Hazmi M, Ayoola EA, Abdurahman M, Banzal S, Ashraf J, El-Bushra A, Hazmi A, Abdullah M, Abbo H, Elamin A, Al-Sammani ET. Epidemic Rift Valley fever in Saudi Arabia: a clinical study of severe illness in humans. Clinical infectious diseases. 2003 Feb 1; 36(3):245-52. https://doi.org/10.1086/345671. PubMed | Google Scholar

  15. Cêtre-Sossah C, Mérot P, Cardinale E. La fièvre de la Vallée du Rift à Mayotte: de la surveillance à la détection du génome viral. 2013. Google Scholar

  16. Tattevin P, Lagathu G, Revest M, Michelet C. Les fièvres hémorragiques virales. Revue Francophone des Laboratoires. 2016 Mar 1; 2016(480):71-80.https://doi.org/10.1016/S1773-035X(16)30091-0 . Google Scholar

  17. Niu T, Gaff HD, Papelis YE, Hartley DM. An epidemiological model of Rift Valley fever with spatial dynamics. Computational and mathematical methods in medicine. 2012 Oct; 2012.https://doi.org/10.1155/2012/138757 . Google Scholar

  18. Elhassan TM, Mansour ME, Ibrahim NA, Elhussein AM. Risk factors of Rift Valley fever in central Sudan. International Journal of Infectious Diseases. 2014 Apr 1; 21:23.https://doi.org/10.1016/j.ijid.2014.03.457 . Google Scholar

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Research

Facteurs associés à la Fièvre de la vallée du Rift dans le District sanitaire de Tchintabaraden, région de Tahoua (Niger), 2016: Étude cas-témoins

Research

Facteurs associés à la Fièvre de la vallée du Rift dans le District sanitaire de Tchintabaraden, région de Tahoua (Niger), 2016: Étude cas-témoins

Research

Facteurs associés à la Fièvre de la vallée du Rift dans le District sanitaire de Tchintabaraden, région de Tahoua (Niger), 2016: Étude cas-témoins